Michael Mantha’s News from the Park 181221

Lately, to say that there is never a dull moment in Queen’s Park would by no means an understatement. To be sure, Kathleen Wynne definitely kept the all of the parties on their toes but truly Doug Ford’s wave of legislative changes and budget cuts make Wynne’s years in office look like ripples on the pond in comparison to Ford’s tidal waves.

Since the legislature began sitting immediately after the June election, Doug Ford has come out of the gate like a novice sprinter running in his first marathon. He seemed to take great delight in hitting the ground running at top speed with a great smile of satisfaction, with a look of confidence that was intended to show citizens just how easy the job of running the province and cleaning up a mess was going to be for the Conservatives. But you don’t have to be a star athlete to know that when you are in a marathon the key to winning the race is to maintain a constant and strong pace to ensure you don’t run out of energy a few hundred metres down the path.

But, just like the sprinter in the marathon, the rookie premier went at it full tilt. And now, some curves have come along in his path in rapid succession which seem be causing Ford and his crew to show signs of stumbling over some of their shoelaces that have come undone. In fact, by early December Ford was puffing hard enough that he chose to call for a time-out by recessing the legislature a week earlier than scheduled. Seems like the sprinter needed to catch his breath.

The need for a ‘time-out’ was the result of being bombarded with increasing negative pushback after deciding to move the Child Advocate, Environmental Commissioner and the Francophone Commissioner under the umbrella of the Ontario Ombudsman’s office. He also scrapped plans to establish a true Francophone university for Ontarians.

Along the way too came accusations of vindictive meddling in municipal election reforms while an election was underway, high paying patronage appointments, political enemy payback firings and hidden backroom deals. All of these represented some pretty substantial bumps for the government. In recent days, however, Ford has been getting tripped up in his own shoelaces over much higher profile accusations which may be harder navigate.

It was recently announced that Toronto Police Unit Commander Ron Taverner would be the next Commissioner of the Ontario Provincial Police (OPP). Of course the OPP is responsible for providing police services through the province in areas where no local police services exist. However it is important to note the OPP is also responsible for providing security and investigative services as required for the Legislative Assembly. The ink wasn’t even dry upon the announcement page before news was out that Taverner has been a long-time friend of the Ford family and specifically a close friend of Doug Ford himself. This announcement immediately raised red flags with concerns over political interference by the Premier. Further the calls of foul gained credibility when it was learned that Taverner did not initially meet the rank requirements until they were significantly lowered by government committee so that Taverner could then qualify only two days after his application was submitted.

To make matters even worse for the premier, a letter from Interim Commissioner of the OPP, Brad Blair, accuses Doug Ford of pressuring the OPP to purchase a large camper-type vehicle, have it modified to Ford’s own personal specifications. And to top all of this off, Ford’s office requested that the OPP keep the entire purchase off the books, out of public scrutiny.

Here in Canada, our police forces operate without political interference or conflict of interest. Canada operates under the rule of law and it is imperative that politicians have no direct influence on how our police services do their jobs. OPP leadership, officers, staff, and police officers from other forces have expressed deep concern over potential political interference in the police, and specifically to Doug Ford’s clear unwillingness to maintain the appropriate distance from policing matters. By appointing a close personal friend to the position of OPP Commissioner, and tainting the hiring process in general, Doug Ford has cast a dark cloud of suspicion and even potential mistrust of the public in the relationship between Queen’s Park and Ontario’s police services.  Premier Ford has demonstrated poor judgement and a lack of transparency that has led to a cloud of suspicion over the entire process.

As a result of this, NDP Leader Andrea Horwath is asking the Integrity Commissioner to use a rarely-used power to trigger a public inquiry into Doug Ford’s interference in the police commissioner pick. New Democrats say that there must be an investigation that is open to public scrutiny into Doug Ford’s interference in selecting the new OPP Commissioner and in directing the force to take direction from the Premier’s office.

The police services that we receive in Algoma-Manitoulin are primarily through the OPP. The independence of police forces is fundamental to the health of our democracy. As such, this means that Ontarians deserve police forces which are free from political influence – real or perceived. As well, our OPP need to be any above political reproach and free from political interference.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin


Dernièrement, dire qu’il n’y a jamais de moment ennuyeux à Queen’s Park n’est en aucun cas un euphémisme. Kathleen Wynne a gardé les autres partis sur le qui-vive, mais c’est vraiment grâce à la vague de modifications législatives et de compressions budgétaires de Doug Ford que les années de mandat de Wynne ressemblent à des vagues sur l’étang par rapport aux raz-de-marée de Ford.

Depuis que la législature a siégé au mois de juin, juste après les élections, Doug Ford se comporte comme un sprinteur durant sa première course de fond. Il semblait vraiment ravi de pouvoir courir à toute vitesse avec un grand sourire et un sentiment de satisfaction. Avec un air de confiance désigné à montrer aux citoyens qu’il était facile pour les Conservateurs de gérer la province et de nettoyer les dégâts. Mais il n’est pas nécessaire d’être un athlète professionnel pour savoir que, lors d’un marathon, la clé pour la victoire est de maintenir un rythme soutenu et constant pour ne pas manquer d’énergie après un couple de mètres.

Mais tout comme le sprinteur dans la course de fond, le Premier ministre novice à commencer à pleine course. Maintenant certaines courbes se sont trouvé sur son chemin, ce qui semble avoir causé Ford et son équipe de trébucher sur leurs propres lacets. Tel qu’au début de décembre, Ford soufflait suffisamment et a décidé de demander une pause et a suspendu la législature une semaine plus tôt que prévu. On dirait que le sprinter a besoin de reprendre son souffle.

La nécessité d’un « temps libre » est le résultat d’une bousculade de plus en plus négative après avoir décidé de transférer l’intervenant en faveur des enfants, le Commissaire à l’environnement et le Commissariat aux services en français sous l’égide du bureau de l’Ombudsman de l’Ontario. Il a également annulé la création d’une véritable université francophone pour les Ontariens et Ontariennes.

En cours de la route il y a eu des accusations d’intervention vindicative dans les réformes électorales municipales lors de la période électorale, des appuis pour des postes bien rémunérées, des remboursements profitables pour éliminer les postes appartenus par leur adversaire, et des agendas cachés. Tout cela présente des obstacles assez importants pour le gouvernement. Ces derniers jours, cependant, Ford a trébuché sur ses propres espadrilles face à des accusations qui pourraient être plus difficiles à naviguer.

Il a été annoncé récemment que le commandant des services de police de Toronto, Ron Taverner, serait le prochain commissaire de la Police Provinciale de l’Ontario (PPO). Bien entendu, la PPO est en charge de fournir des services de police à travers la province, dans les régions où il n’existe aucun service de police local. Toutefois, il est important de noter que la Police Provinciale de l’Ontario est également responsable d’assurer des services de sécurité et d’enquête nécessaires à l’Assemblée législative. L’encre n’était même pas sèche sur la page d’annonce avant la nouvelle que Taverner était un ami proche de la famille Ford, et plus particulièrement un ami proche de Doug Ford lui-même. Cette annonce a immédiatement déclenché des inquiétudes quant à l’ingérence politique du Premier ministre. Ses inquiétudes ont monté en crédibilité quand il a été découvert que Taverner n’était pas initialement satisfait aux exigences pour le poste jusqu’à ce que le comité gouvernemental les abaisse de manière significative. De sorte ça signifie que Taverner pouvait alors être qualifié seulement deux jours après sa demande a été soumis.

Pour aggraver encore les choses pour le Premier ministre, la commissaire par intérim de la PPO, Brad Blair, a publié une lettre qui accuse Doug Ford d’avoir mis de la pression sur la PPO pour acheter une roulotte modifiée à ses préférences personnelles. Et pour couronner le tout, le bureau de Ford a demandé que la PPO garde l’ensemble de l’achat hors des livres et hors de la vue du public.

Ici au Canada, nos services de police fonctionnent sans ingérence politique ni conflit d’intérêts. Le Canada suit les règles de la loi et il est impératif que les politiciens n’exercent aucune influence directe sur la façon dont nos services de police maintiennent leur travail. Les dirigeants de la PPO, les officiers, le personnel et les policiers d’autres forces ont exprimé leur profonde inquiétude face à une ingérence politique éventuelle dans la police, et plus particulièrement à l’hésitation de Doug Ford à maintenir une distance appropriée par rapport aux affaires de police. En nommant un ami personnel au poste de commissaire de la PPO et en entachant le processus d’embauche en général, Doug Ford a causé un nuage sombre rempli de suspicion et même de méfiance vis-à-vis du public dans les relations entre Queen’s Park et les services de police en l’Ontario. Le Premier ministre a fait preuve d’un manque de jugement et d’un manque de transparence, ce qui a suscité un soupçon de suspicion sur l’ensemble du processus.

En conséquence, la chef du NPD, Andrea Horwath, a fait demande au commissaire à l’intégrité d’utiliser un pouvoir rarement utilisé pour déclencher une enquête publique sur l’ingérence de Doug Ford dans le choix du commissaire de police. Les néo-démocrates croient qu’une enquête ouverte au public sur l’ingérence de Doug Ford dans la sélection du nouveau commissaire de la Police provinciale est nécessaire après les allégations que la force on reçut des ordres de suivre les instructions du bureau du Premier ministre. Ce processus doit être ouvert au public.

Les services de police que nous recevons à Algoma-Manitoulin sont principalement offerts par la PPO. L’indépendance des forces de police est essentielle à la santé de notre démocratie. Cela signifie donc que les Ontariens et Ontariennes méritent des forces de police libres de toute influence politique, réelle ou perçue. De plus, notre PPO doit être au-dessus des agendas politiques et libre de toute ingérence.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre question d’enjeux provincial. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

This entry was posted in Columns, Michael Mantha's News From The Park. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *