Carol Hughes’ column – Canadians have a right to know about vaccine supplies

Production delays are directly affecting Canada’s anticipated delivery of vaccines, calling into question the government’s timeline for distribution, and confirming the belief that we should have negotiated the ability to produce doses domestically.  The problems emerged in early January when the federal government claimed that Canada’s vaccine shipment would be reduced by 50 percent over a four-week period. What made that difficult to accept was the news that the European Union will have a much shorter interruption in deliveries than Canada.  Despite assurances from the government that countries will be impacted equally by supply reductions, Canadians are learning that isn’t really the case.

Less than a week later, we learned that shipments of the Pfizer-BioNTech vaccine to Canada have been suspended entirely for a full week.  With the second wave of the pandemic fully upon us and cases surging in most jurisdictions, this further delays vaccinations for Canada’s highest risk populations.  To make matters more urgent, federal modelling warns of worse days to come.

Adding to the challenge is a secretiveness surrounding vaccine procurement on the part of the government.  For months they have been tight-lipped about the terms of the deals they’ve signed with big drug manufacturers. They are also displaying a pattern of contradictions that are becoming unacceptably common and could even be accused of over-confidence when it comes to the arrangements they have made. That was the message from critics when the government passed on the opportunity to purchase up to 16 million additional doses of the Moderna vaccine without disclosing the full terms of this foregone option.

Transparency is essential for maintaining the public’s trust and confidence in Canada’s vaccination strategy.  That’s the reason New Democrats are calling on the federal government to reveal how many vaccine doses have been secured for each month until September 2021. Canadians deserve clarity since, as we’ve now seen, these orders aren’t firm.  We also asked the government to confirm if Canada is guaranteed delivery of 4 million doses of the Pfizer-BioNTech vaccine by the end of March 2021, or if this date simply represents another floating target.

The federal government is responsible for ensuring we have access to enough vaccine doses to protect Canadians from COVID-19. People are making tremendous sacrifices to keep their communities safe because they understand that every day matters during this pandemic. They need and deserve the full details of Canada’s vaccine delivery timeline.

As it stands, Canada has only received about 380,000 doses of vaccine and another 400,000 were supposed to be delivered this month. However, relying on other nations to produce the vaccine could derail that timeline. While countries like Brazil, Australia, Japan, India and China successfully negotiated the right to domestically produce the AstraZeneca vaccine, the Canadian government failed to make that agreement in its negotiations with the company.

There is no reason Canada should be relying on other countries to produce vaccines for us. The government simply failed to negotiate that right and now production delays in Europe mean that Canadians will be the ones waiting extra weeks or months for a vaccine. The government needs to come clean and make pertinent contract details public.


Les Canadiens ont le droit de savoir ce qui en est de l’approvisionnement en vaccins

Les retards de production ont une incidence directe sur les livraisons de vaccins attendues au Canada, compromettent le calendrier de distribution du gouvernement et viennent confirmer que nous aurions dû négocier la possibilité de produire des doses au pays. Les problèmes sont apparus au début de janvier quand le gouvernement a annoncé que les livraisons de vaccins au Canada seraient réduites de moitié sur une période de quatre semaines. Il était encore plus difficile d’accepter cette nouvelle en sachant que l’Union européenne connaîtra une interruption des livraisons beaucoup plus courte que le Canada. Alors que le gouvernement nous avait assurés que les baisses d’approvisionnement toucheraient également les autres pays, il appert que ce n’est pas tout à fait le cas.

Moins d’une semaine plus tard, nous avons appris que les livraisons du vaccin de Pfizer-BioNTech au Canada ont été entièrement suspendues pour une semaine entière. En pleine deuxième vague de la pandémie, au moment où les cas grimpent rapidement dans la plupart des régions, cette interruption retarde davantage la vaccination des populations canadiennes les plus à risque. La situation est d’autant plus urgente que la modélisation fédérale indique que le pire reste à venir.

Le secret dont le gouvernement entoure les contrats d’approvisionnement ajoute aux difficultés. Depuis des mois, il refuse de révéler les modalités des ententes qu’il a conclues avec les grandes sociétés pharmaceutiques. Il se débat de plus en plus dans ses contradictions et pourrait même être accusé de faire preuve d’une confiance excessive dans les ententes qu’il a conclues. C’est ce qu’ont affirmé les critiques quand le gouvernement a renoncé à acheter 16 millions de doses additionnelles du vaccin de Moderna sans divulguer toutes les conditions de l’option dont il ne s’est pas prévalu.

La transparence est essentielle pour maintenir la confiance du public à l’égard de la stratégie de vaccination du Canada. Pour cette raison, les néo-démocrates exhortent le gouvernement fédéral à révéler combien de doses de vaccin par mois le Canada est censé recevoir d’ici septembre 2021. Les Canadiens méritent des renseignements clairs, car, comme nous le savons maintenant, ces commandes ne sont pas fermes. Nous demandons aussi au gouvernement de confirmer si la livraison de 4 millions de doses du vaccin de Pfizer-BioNTech d’ici la fin de mars 2021 est garantie, ou s’il ne s’agit encore une fois que d’une cible mobile.

Le gouvernement fédéral a la responsabilité de veiller à ce que nous ayons accès à un nombre suffisant de doses de vaccin pour protéger les Canadiens contre la COVID-19. Les gens font d’énormes sacrifices pour le bien de leur communauté, parce qu’ils sont conscients que chaque journée compte en ces temps de pandémie. Ils ont besoin de connaître tous les détails du calendrier de livraison des vaccins au Canada, et le gouvernement le leur doit bien.

En l’état actuel des choses, le Canada n’a reçu qu’environ 380 000 doses de vaccin, et en attendait 400 000 autres ce mois-ci. Or, comme il compte sur d’autres pays pour produire ces vaccins, cela pourrait perturber ce calendrier. Alors que des pays comme le Brésil, l’Australie, le Japon, l’Inde et la Chine ont réussi à négocier le droit de produire chez eux le vaccin d’AstraZeneca, le gouvernement canadien a omis de le faire.

Le Canada n’a aucune raison de devoir compter sur d’autres pays pour produire nos vaccins. Le gouvernement a simplement omis de négocier ce droit de production, et maintenant, les retards en Europe signifient que les Canadiens seront ceux qui attendront des semaines ou des mois de plus pour se faire vacciner. Le gouvernement doit nous dire toute la vérité sur les détails pertinents des contrats.

This entry was posted in Carol Hughes' Column, Columns. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *