Carol Hughes’ column – The best parts of Christmas haven’t changed much at all

On Remembrance Day when we pay special attention to our veterans you may hear the phrase, “every day should be Remembrance Day” and there is a lot of truth behind that sentiment.  That’s because of the struggles many veterans face throughout the entire year and the way those issues cannot gain the same wide-spread support that veterans receive on November 11th.  With that sentiment in mind, perhaps we should consider how every day should be Christmas Day as well.  Not to say that every day should be a holiday, but rather that the good will and understanding people afford others around Christmas could do a lot to solve some of the problems we face throughout the year.

It is one time of the year that people consistently show the best of themselves.  There are armies of volunteers working on behalf of food banks, shelters, service groups, and all manner of community organizations.  It is a time of giving and paying attention to those less fortunate.  It is a time when people allow themselves to see they are part of something bigger that goes beyond any differences that may be perceived or real.  In that respect, it truly is a magical time of year.

Many of the best-known stories related to Christmas deal with themes such as pining for simpler times and the importance of family or community, but a lot of them also deal with poverty, injustice, caring, and giving.  Perhaps most famous is Charles Dickens’, A Christmas Carol, which shows the main character Ebenezer Scrooge being able to cast aside his miserly concerns as he undergoes a life-changing transformation and is finally able to enjoy people for who they are.  O. Henry’s, The Gift of the Magi, features a young married couple whose desire to please each other with appropriate gifts takes an ironic twist as the story helps us understand the nature of sacrifice and giving.

Even children’s classics take the opportunity to show us that we can always strive to be more. Consider Rudolph the Red-nosed Reindeer who perseveres and teaches us that differences can be strengths after suffering at the hands of the other reindeer who bullied him over appearances. Hans Christian Anderson’s classic, The Little Match Girl, reminds us to appreciate what we have and be both thankful and charitable.

While how we celebrate Christmas has changed considerably, these themes have survived.  They speak to a sentiment that challenges us to be the best we can.  In an age increasingly defined by public arguments and outrage it is encouraging to see that there is still room in the Christmas season to put aside our differences and work to address the needs of others.

It’s not surprising either.  The holidays also are a time of family, which can mean different things to different people.  Some of our most challenging relationships can be with those we love the most.  But the Christmas season allows us to put aside our differences and focus on what we have in common.  This happens societally as well.  That is why every day should be Christmas day.  When we allow ourselves to see that we have more in common than we do differences.  When we concern ourselves about the well-being of all members of our communities, we are showing our very best.  It seems to me that is the real spirit of Christmas and something we can strive to show more of throughout the year.

Merry Christmas and Happy New Year!


Ce qui fait de Noël un moment spécial n’a pas vraiment changé

Lors du jour du Souvenir, alors que nous portons notre attention sur nos vétérans, il n’est pas rare d’entendre : « Chaque jour de l’année devrait être un jour du Souvenir ». Il est bon de se le rappeler, en raison des difficultés que vivent de nombreux vétérans au cours de l’année, des difficultés qui ne reçoivent pas une attention aussi grande que le soutien dont jouissent les vétérans le 11 novembre. Dans le même ordre d’idée, peut-être que chaque jour de l’année devrait être Noël. Non pas pour que chaque journée soit fériée, mais plutôt parce que la sollicitude et l’ouverture dont font preuve les gens à Noël permettraient de résoudre bien des problèmes que nous rencontrons au fil des mois.

Noël est le moment de l’année où les gens donnent le meilleur d’eux-mêmes. Il y a des hordes de bénévoles dans les banques alimentaires, les refuges, les groupes de services et tout plein d’autres organismes communautaires. C’est un moment de générosité et de soutien aux personnes défavorisées. C’est un moment où les gens se permettent de s’approcher des autres en dépit des différences perçues ou réelles. À cet égard, Noël est véritablement un moment magique.

Bon nombre des grands récits de Noël ont pour thème la nostalgie des temps simples et l’importance de la famille ou de la communauté, mais ils sont nombreux à avoir également pour thème la pauvreté, l’injustice, la sollicitude et la générosité. Le plus célèbre de ces récits est sans doute Un chant de Noël de Charles Dickens, dans lequel le personnage principal, Ebenezer Scrooge, abandonne son avarice après une série d’événements qui transforment profondément sa vie, pour enfin en arriver à aimer les gens pour qui ils sont. Le Cadeau des rois mages d’O. Henry met en scène deux jeunes époux dont le désir de plaire à l’autre avec les cadeaux parfaits prend une tournure ironique, une histoire qui nous aide à comprendre la nature du sacrifice et de la générosité.

Même les histoires pour enfants classiques nous montrent qu’il est toujours possible de se dépasser. Prenez le Petit renne au nez rouge, qui persévère malgré les moqueries des autres rennes sur son apparence différente. Il nous montre que la différence peut être une force. L’incontournable La Petite Fille aux allumettes de Hans Christian Anderson nous rappelle qu’il faut aimer ce que nous avons et qu’il faut être reconnaissant et charitable.

La manière dont nous célébrons Noël a peut-être changé au fil du temps, mais ces thèmes perdurent. Ils nous incitent à donner le meilleur de nous-mêmes. À une époque de plus en plus marquée par les débats publics et l’indignation, il est bon de constater qu’il est encore possible, à Noël, de mettre nos différends de côté et de collaborer pour aider ceux qui en ont besoin.

Mais ce n’est pas surprenant. Le temps des fêtes est synonyme de rassemblements familiaux, ce qui peut représenter bien des choses selon chaque personne. Nos relations les plus difficiles sont parfois avec ceux que nous chérissons le plus. Mais le temps des fêtes nous donne l’occasion de mettre nos différences de côté et de se concentrer sur ce qui nous rassemble. C’est un mouvement qu’on observe également au sein de la société. C’est pourquoi chaque jour de l’année devrait être le jour de Noël. C’est le moment où nous cherchons ce qui nous unit plutôt que ce qui nous divise. Lorsque nous nous préoccupons du bien-être de tous les membres de notre communauté, nous donnons le meilleur de nous-mêmes. Selon moi, c’est là l’essence même de Noël, et c’est un objectif que nous devrions garder en tête tout au long de l’année.

Joyeux Noël et bonne année!

This entry was posted in Carol Hughes' Column, Columns. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *