Michael Mantha’s News from the Park 190201

In looking at all snowballing headlines that are hitting the papers lately, I concluded that it only makes sense that they come at us now. After all, snowballs do form in winter. And since we have been experiencing some pretty cold temperatures lately, the headline snowballs continue to grow and grow. It reminds me of when we were kids we would sometimes try to make monstrous snowballs in the school yard or park, so bit by bit it took a big group to keep it moving. Those were the days. The ‘headline-snowball’ brings to mind the old cartoons in which Bugs Bunny is being chased down a mountain by a giant snowball. That’s how Ontarians are feeling about now.

However, Ontarians have been through this sort of thing in the late 90’s and early 2000’s during Mike Harris’s “Common Sense Revolution.” The Common Sense Revolution was basically a deficit reduction that combined tax with devastating and sometimes almost punishing cuts to government spending. It could be said that Doug Ford’s plans are based on the same general principle. However, in looking at what Doug Ford is doing, his plans seems to be a bit light on the ‘common sense’ element.

Granted, the Tories have the immense challenge of reducing a Liberal created deficit that the Tories peg at $14.5 billion, despite the fact that the provincial accountability officer says in reality it is $12 billion. As well, let’s not forget that it took more than a few years to accumulate such debt, so we should not try to eliminate it in just a couple of years. The trick is to work away at reducing it without killing off all the achievement we’ve made in getting there.

Take for example the news that the Conservatives are considering axing full day Kindergarten as well as removing the caps on class sizes in Kindergarten and grades 1 – 3. As it currently stands, parents and educators know that students already often don’t get the one-on-one attention they need and deserve in the classroom. Today in Ontario, the kindergarten class size cap is 29 students and for primary grades the cap is 23 students. The NDP wants to create to a hard cap for kindergarten classes of no more than 26 children. Classrooms are often already crowded and if class sizes grow, teachers’ efforts will be stretched even thinner. Do the Conservatives really need to consult with education stakeholders to determine if larger class sizes will be detrimental to our children’s’ education? I would have thought that this was just… common sense.

When Education Minister Lisa Thompson was asked if her ministry is committed to allowing class sizes to rise she responded, “What I’m committed to, and what our government is committed to, is listening to our grassroots.” Now, would those grass roots be the Conservatives grass roots who like to call the shots for Doug Ford, or does she mean all Ontarians? Either way it doesn’t matter because the people the government should be committed to is our children. Period! It’s especially troubling that Ford is looking to children to pay for his cuts. The Ford government has already cut $25 million from school programs and another $100 million from planned school repairs. Now they want more.

This ‘consultation’ gambit is simply a precursor to an expected spring budget and shadowing of what to expect when teacher contracts are up for negotiation in August. Our children are not pawns or chess pieces to be played with. Our children deserve the proven advantages of smaller class sizes; and that means we need more teachers, not fewer. Our children – our future – deserve more from their government, not less.

Another issue that the Ford Conservatives seem to have missed the common sense target on is in the area of streamlining the process to turn good farm land into urban residential and commercial developments. The Ontario Federation of Agriculture is ringing the alarm bell because of what’s in Bill 66, the Restoring Ontario’s Competitiveness Act. According to the government, Bill 66 aims to give business more flexibility to create jobs here in Ontario. But part of the bill would amend the province’s planning act to allow fast tracking of municipal plans to reclassify current farm land for new business and residential development. The province would ensure that such initiatives would receive expedited approval and reduce red tape as long as they can prove that at least 50 jobs will be created.

Creating jobs is a great thing of course; however, this would also result thousands of acres of prime farmland being “paved over” as cities grow and sprawl. Jobs are good, yes, but the end result is the permanent loss of arable farm land that helps to feed not only Ontarians but people from around the world. Keep in mind also that the agrifood sector adds $40 billion annually to Ontario’s economy. Common sense dictates that one does not bite the “hand that feeds you.” Common sense makes one ask, so how are we better off in the long run?

Ontario is one of the largest provinces with plenty of land that is not suitable for agriculture or food production. Here in the North we have lots of open space for families to move to where new, good paying, permanent jobs can be created. We have room for schools here and we can use the skills and determination of immigrants who want to come here to raise families and prosper, just as our northern ancestors did long ago and just as we strive to do every day.

Common sense is something that we all like to believe we have in abundance. But, in the words of the French philosopher Voltaire, sometimes, “Common sense is not so common.”

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin


En examinant tous les nouvelles publiées dans les journaux récemment qui font penser de boule de neige, j’ai conclu que ça fait du sens qu’ils sont publiés maintenant. Après tout, des boules de neige se forment en hiver. Et comme nous avons récemment connu des températures assez froides, les boules de neige continuent à augmenter dans les nouvelles. Cela me rappelle que lorsque nous étions enfants, nous essayions parfois de créer des boules de neige monstrueuses dans la cour d’école ou au parc. Il a donc fallu un grand groupe pour que cela continue. Cela c’étaient les jours. Ces « titres en forme de boule de neige » font penser au dessin animé dans lequel Bugs Bunny est chassé d’une montagne par une boule de neige géante. C’est ce que les Ontariens et Ontariennes ressentent en ce moment.

Cependant, les Ontariens ont connu ce genre de situation à la fin des années 90 et au début des années 2000, lors de la « révolution du bon sens » de Mike Harris. La révolution du bon sens était fondamentalement une réduction du déficit qui combinait une taxe avec des réductions désastreuses et parfois presque punitives des dépenses publiques. On pourrait dire que les plans de Doug Ford sont basés sur le même principe général. Malgré tout, en regardant ce que fait Doug Ford, ses plans semblent être un peu légers sur l’aspect du « bon sens ».

C’est vrai que les conservateurs ont l’immense défi de réduire le déficit créé par les libéraux qu’ils déclarent d’être à 14,5 milliards de dollars, alors que le directeur de la responsabilité financière de l’Ontario dit qu’en réalité qu’il s’agit de 12 milliards. N’oublions pas aussi qu’il a fallu plus d’une couple d’années pour accumuler une telle dette. Nous ne devrions donc pas essayer de l’éliminer en quelques années seulement. Le truc, c’est de travailler à réduire la dette sans compromettre tous les succès que nous avons accomplis pour y parvenir.

Prenons, par exemple, l’information selon laquelle les conservateurs considèrent à ne plus offrir les classes à pleine journée pour les élèves au niveau maternel et jardin et de ne plus limiter le nombre d’élèves par classe de la maternelle à la 3e année. En ce moment, les parents et les éducateurs savent que les élèves ne reçoivent déjà pas l’attention individuelle dont ils ont besoin et qu’ils méritent en classe. Aujourd’hui en Ontario, le nombre maximal d’élèves par classe au jardin est 29 et celui au niveau primaire est à 23 élèves. Le NPD veut créer un plafond ferme pour les classes de maternelle de 26 enfants maximum. Les salles de classe sont souvent déjà débordées et si la taille des classes augmente, les efforts des enseignants seront encore plus serrés. Les conservateurs doivent-ils vraiment consulter les collaborateurs de l’éducation afin de déterminer si l’élargissement des classes nuirait à l’éducation de nos enfants? J’aurais pensé que c’était juste… du bon sens.

Lorsque la ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, a été demandé si son ministère était commis à permettre l’augmentation du nombre d’élèves par classe, elle a répondu: « ce à quoi je m’engage et ce que notre gouvernement s’engage, c’est d’être à l’écoute de notre base. » Maintenant, est-ce que c’est la base des conservateurs qui aime faire les décisions à Doug Ford, ou est-ce qu’elle parle de tous les Ontariens et Ontariennes? Quoi qu’il en soit, cela n’a aucune importance car les gens auxquels le gouvernement devrait s’engager sont nos enfants. Période!  Il est particulièrement troublant que Ford compte sur les enfants pour payer ses compressions. Le gouvernement Ford a déjà réduit les programmes scolaires par 25 millions de dollars en addition aux coupures de 100 millions de dollars des réparations prévues. Maintenant, ils en veulent plus.

Ce jeu de « consultation » est simplement un précurseur du budget prévu pour le printemps et permet de savoir à quoi s’attendre lorsque les contrats des enseignants doivent être négociés au mois d’août. Nos enfants ne sont pas des pions ou des pièces d’échecs avec lesquelles jouer. Nos enfants méritent les avantages prouvés des classes de plus petite taille; et cela signifie que nous avons besoin de plus d’enseignants, pas moins. Nos enfants – notre avenir – méritent plus de leur gouvernement, pas moins.

Un autre problème sur lequel les conservateurs de Ford semblent avoir manqué la cible du bon sens concerne la rationalisation du processus visant à transformer de bonnes terres agricoles en aménagements résidentiels et commerciaux urbains. La Fédération de l’agriculture de l’Ontario fait sonner l’alarme à cause de l’information fournie dans le projet de loi 66, Loi visant à rétablir la compétitivité de l’Ontario. Selon le gouvernement, le projet de loi 66 vise à donner aux entreprises plus de flexibilité pour créer des emplois ici en Ontario. Cependant, une partie du projet de loi modifierait la loi sur la planification de la province afin de permettre à accélérer des plans municipaux afin de reclasser les terres agricoles en vue de la création de nouvelles entreprises et de projets de développement résidentiel. La province s’assurerait que ces initiatives soient approuvées rapidement et réduiraient les formalités administratives, s’ils peuvent prouver qu’au moins 50 emplois seront créés.

La création d’emplois est une bonne chose, bien sûr. Toutefois, le résultat final sera que des milliers d’acres de terres agricoles seront recouvertes au fur et à mesure que des villes se développent et s’étendre.  Les emplois sont bons, certainement, mais le résultat final est la perte permanente de terres arables qui aident à nourrir non seulement les Ontariens mais également les habitants du monde entier. Sachez également que le secteur agroalimentaire ajoute 40 milliards de dollars par an à l’économie ontarienne. Le bon sens veut que l’on ne morde pas la « main qui vous nourrit ». Le bon sens fait que l’on se le demande, alors comment allons-nous mieux à long terme?

L’Ontario est l’une des plus grandes provinces avec de nombreux terrains qui ne convient pas à l’agriculture et à la production alimentaire. Ici, dans le nord, les familles ont beaucoup d’espaces libres pour s’installer là où de nouveaux emplois permanents et bien rémunérés peuvent être créés. Nous avons de la place pour les écoles ici et nous pouvons utiliser les compétences et la détermination des immigrants qui veulent venir ici pour élever leurs familles et prospérer, comme le faisaient nos ancêtres du nord et comme nous nous luttons aussi chaque jour.

Le sens commun est quelque chose que nous aimons tous croire que nous avons en abondance. Mais, selon les mots du philosophe français Voltaire, parfois, « le sens commun n’est pas si commun ».

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de ma chronique ou si vous avez des questions d’affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député d’Algoma-Manitoulin

This entry was posted in Columns, Michael Mantha's News From The Park. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *