Michael Mantha’s News from the Park column 191108

Call me a dreamer or idealist, if you will. I’ve certainly been called much worse. I am proud to wear such a moniker because living here in Canada, I’m happy to say I am certainly not alone. In fact, I think one of our greatest traits as Canadians is to believe in doing what is right and that brighter days in our future are possible if we work together.

The late Jack Layton’s last words in his final letter to Canadians inspired many to believe and live their lives following his advice. “My friends, love is better than anger. Hope is better than fear. Optimism is better than despair. So let us be loving, hopeful and optimistic. And we’ll change the world.”

Jack may be gone, but he left us some pretty good advice. If I can be so bold to say so, I think that his influence may have played a part in Canadians overall decision to turn away from the populist pathway in the recent federal election.

A person’s greatest responsibility is to respect and care for one another. And for those who are elected to positons of power, with that power comes even greater responsibility to see to the needs and welfare of those who we represent. And in all honesty, I don’t think the Government of Ontario is showing the respect and care that Ontarians deserve.

I raise this issue here because recently some very disturbing news came to light in the Ontario Legislature. Every Canadian knows that we must all brace ourselves to tackle the challenge of a ballooning population of seniors who are beginning to need access to long-term care. The Ontario Financial Accountability Office’s (FAO) report stated that Ontario’s long-term care system will swell with baby boomers over the next two decades. This will require an additional 55,000 new nursing home beds by 2034 – just to maintain the waiting list at the current level.

All of my colleagues and I report that our offices are constantly hearing from seniors or their families who are desperately seeking much needed access to long-term care facilities, but there are none to be had. Worse, the waiting lists to get into such places seem to be endless. Too often, with no possible other alternative, our seniors are forced to go into local hospitals, taking up spaces that are actually needed for acute patients. This means that emergency department patients are relegated to receive treatment in hallways and other unconventional spaces. Places that offer no comfort, privacy or dignity. This is a tragic and unacceptable reality.

In Ontario, about 1,000 patients are being treated in hospital hallways daily, a number that is expected to increase as the flu season arrives. Last season, there were 5,450 flu-related hospitalizations in Ontario and 275 deaths.

In the Legislature, Andrea Horwath quoted Ministry of Health reports stating that right now in Ontario, there are 35,000 seniors on waiting lists for access to long-term care. Long-Term Care Minister Marrilee Fullerton has promised Ontarians that the Conservatives will open 15,000 new beds within the next five years. At first glance, this may sound good. But, even if the waiting list stayed at 35,000 people, even if they were able to hand on for five years, that 15,000 new beds would not accommodate even half of the existing list! And like the FAO said, Ontario is going to need 55,000 new beds by 2034.

New Democrats have gathered evidence indicating that since Doug Ford has taken office, only 21 nursing home beds have been created. Not 210 beds. Not 2,100 beds. Just 21 new beds. And to make matters worse, we now have learned that it takes 36 months from approval to finishing construction for an approved number of beds to actually become available. This is not acceptable.

Just to be clear, it was not any better under the Liberal watch during which a meager 611 new nursing home beds opened between 2011 and 2018.

And now, to add insult to injury, New Democrats have learned from a new Freedom of Information (FOI) request that the recently announced new bed allocations by the Ford Government were actually already announced by the previous government. The FOI document indicates that the Conservatives’ Oct. 3, 2018, announcement of 6,000 new long-term care beds didn’t produce any new allocations since the Liberals’ April 18, 2018, announcement of 5,000 new long-term care beds.

By pretending to allocate beds that were already allocated, Ford is willfully ignoring a crisis. Andrea stated that “It’s shameful for the Conservatives to attempt to coast on the abysmal record of the Liberals while taking long-term care in Ontario from bad to worse. Seniors can’t sleep in re-announced beds that don’t exist.”

During my years as MPP for Algoma-Manitoulin, I have seen countless examples of how the people from this region stand together for what matters. People here know that our first priority in life is to respect and care for one another, through thick or thin. I truly believe that government representatives are elected to see to it that this happens at every level.

This province should be investing more in long-term care, not performing sleight-of-hand moves like taking credit for another government’s work, just to make give the illusion that leaders are making progress when actually there is no real progress or action. The people who built our province – our parents, our friends, our coworkers, our neighbours and even ourselves one day– deserve to age with dignity.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin


Appelez-moi un rêveur ou un idéaliste, si vous voulez. J’ai certainement été appelé bien pire. Je suis fier de porter un tel surnom, car je vis ici au Canada. Je sais que je ne suis pas seul. En fait, je pense que l’un de nos plus grands atouts, en tant que Canadiens, est de croire qu’il faut faire ce qui est juste et qu’il est possible de faire mieux dans le futur si nous travaillons ensemble.

Les dernières paroles de Jack Layton dans sa dernière lettre aux Canadiens ont incité beaucoup de personnes à croire et à vivre leur vie selon ses conseils. « Mes amis, l’amour est cent fois meilleur que la haine. L’espoir est meilleur que la peur. L’optimisme est meilleur que le désespoir. Alors aimons, gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde. »

Jack est peut-être parti, mais il nous a laissé un très bon conseil. Si je peux me permettre, je pense que son influence a peut-être joué un rôle dans la décision globale des Canadiens de se détourner de la voie populiste lors de la récente élection fédérale.

La plus grande responsabilité d’une personne est de se respecter et de prendre soin les uns des autres. Et pour ceux qui sont élus à des postes de pouvoir, ce devoir s’accompagne d’une responsabilité encore plus grande de veiller aux besoins et au bien-être de ceux que nous représentons. Et en toute honnêteté, je ne pense pas que le gouvernement de l’Ontario témoigne du respect et de l’attention que méritent les Ontariens et les Ontariennes.

Je soulève cette question ici parce que récemment, des nouvelles très inquiétantes ont été révélées à l’Assemblée législative de l’Ontario. Tous les Canadiens savent que nous devons tous nous préparer à relever le défi d’une population âgée en pleine expansion qui commence à avoir besoin d’un accès aux soins de longue durée. Le rapport de l’Office ontarien de responsabilisation financière (FAO) indique que le système de soins de longue durée de l’Ontario sera sous plus grande pression en raison des baby-boomers au cours des deux prochaines décennies. Cela nécessitera 55 000 lits supplémentaires dans les maisons de soins infirmiers d’ici 2034 – uniquement pour maintenir la liste d’attente au niveau actuel.

Mes collègues et moi signalons que nos bureaux sont constamment à l’écoute des personnes âgées ou de leurs familles qui cherchent désespérément un accès indispensable aux établissements de soins de longue durée, mais il n’y en a pas. Pire encore, les listes d’attente pour entrer dans de tels endroits semblent être interminables. Trop souvent, sans autre alternative possible, nos aînés sont obligés de se rendre dans les hôpitaux locaux, occupant ainsi des places réellement nécessaires pour les patients malades. Cela signifie que les patients des services d’urgence sont relégués au second plan pour recevoir un traitement dans les couloirs et autres espaces non conventionnels. Des lieux qui n’offrent ni confort, ni intimité ni dignité. C’est une réalité tragique et inacceptable.

En Ontario, environ 1 000 patients sont soignés chaque jour dans les couloirs des hôpitaux, un nombre qui devrait augmenter avec l’arrivée de la saison de la grippe. La saison dernière, il y a eu 5 450 hospitalisations liées à la grippe en Ontario et 275 décès.

Andrea Horwath a cité à l’Assemblée législative des rapports du ministère de la Santé qui déclaraient qu’à l’heure actuelle en Ontario, 35 000 personnes âgées étaient sur des listes d’attente pour avoir accès à des soins de longue durée. La ministre des Soins de longue durée, Marrilee Fullerton, a promis aux Ontariens que les conservateurs ouvriraient 15 000 nouveaux lits au cours des cinq prochaines années. À première vue, cela peut sembler bon. Cependant, même si la liste d’attente restait de 35 000 personnes encore pendant cinq ans, 15 000 nouveaux lits ne pourraient accueillir même la moitié de la liste existante! Et comme l’a dit la FAO, l’Ontario aura besoin de 55 000 nouveaux lits d’ici 2034.

Les néo-démocrates ont rassemblé des preuves indiquant que, depuis l’entrée en fonction de Doug Ford, seulement 21 lits en maison de retraite ont été créés. Pas 210 lits. Pas 2100 lits. Seulement 21 nouveaux lits. Et pour aggraver les choses, nous avons maintenant appris qu’il faut 36 mois, de l’approbation à la fin de la construction, pour qu’un nombre approuvé de lits soit réellement disponible. Ceci est inacceptable.

Soyons clairs: ce n’était pas mieux sous les libéraux au cours de laquelle un maigre 611 nouveaux lits en maison de retraite ont été ouverts de 2011 à 2018.

Et maintenant, comme si ce n’était suffisant, les néo-démocrates ont appris d’une nouvelle demande d’accès à l’information (FOI) que les nouvelles allocations de lits annoncées récemment par le gouvernement Ford avaient déjà été annoncées par le gouvernement précédent. Le document FOI indique que l’annonce de 6 000 nouveaux lits de soins de longue durée faite par les conservateurs le 3 octobre 2018 n’a pas produit de nouvelles allocations depuis l’annonce des 5 000 nouveaux lits de soins de longue durée par les libéraux.

En prétendant d’attribuer des lits déjà attribués, Ford ignore délibérément une crise. Andrea a déclaré:    « Il est honteux pour les conservateurs d’essayer de battre le record épouvantable des libéraux tout en faisant passer les soins de longue durée de l’Ontario de pire en pire. Les personnes âgées ne peuvent pas dormir dans des lits ré-annoncés qui n’existent pas. »

Au cours de mes années en tant que député d’Algoma-Manitoulin, j’ai vu d’innombrables exemples de la façon dont les gens de cette région s’unissent pour ce qui compte vraiment. Les gens ici savent que notre priorité numéro un dans la vie est de se respecter et de s’occuper les uns des autres, pour le meilleur et pour le pire. Je crois sincèrement que les représentants du gouvernement sont élus pour veiller à ce que cela se produise à tous les niveaux.

Notre province devrait investir davantage dans les soins de longue durée, et non pas faire des manœuvres loufoques, comme prendre le crédit du travail d’un autre gouvernement, mais simplement pour donner l’illusion que les dirigeants réalisent des progrès alors qu’il n’y a pas réellement de progrès ou d’action. Les personnes qui ont construit notre province – nos parents, nos amis, nos collègues, nos voisins et même nous-mêmes un jour – méritent de vieillir avec dignité.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

This entry was posted in Columns, Michael Mantha's News From The Park. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *