Michael Mantha’s News from the Park for 191129

“Education is the passport to the future, for tomorrow belongs to those who prepare for it today.” Many readers will readily identify this quotation as originating with Malcom X, the prominent human rights activist from the 1960s. I truly believe that one of the greatest gifts that a society can provide to its youth is a good education that will prepare them for whatever the world has to face in the future.

Unfortunately, here in Ontario, it seems that our education system has become a frequent target for Ford’s Conservative Government. A quick search on the internet for headlines about changes to Ontario education will quickly display a long list of both direct and indirect issues.

One of the most troubling issues is the backlog of necessary repairs to many schools all across the province. This is a matter of health and safety. Under the Liberals the repairs rose to a ludicrous $15.9 billion price tag. And now under Doug Ford that price tag has risen by another $400 million for a total of $16.3 billion. Keep in mind, this is not to cover the costs of new construction. This is just to fix up our currently operating schools. This is why students have to resort to wearing coats and mittens in their classrooms. In too many schools the heat isn’t working, buckets are used to catch drips from leaky school roofs, and water fountains that aren’t safe to drink from because of lead contamination. When the government doesn’t fund the necessary repairs in schools, our students suffer.

At least when the Liberals were in power they had a plan to use funds derived from the cap-and-trade agreement that we had with Quebec and California to fix up the schools. Once in office, Doug Ford ripped up the cap-and-trade agreement, but he never did come up with an alternative way to cover the school repair costs.

Ford also has created a nightmare situation for many thousands of students by increasing class sizes in both elementary and secondary schools. The increase in class size means that students will have less individual attention as the teacher has to spread their time out among more students. In secondary schools matters are worse because classes that require smaller numbers for safety such as some shops, have to be compensated for by adding that many more to classes that are already beyond the 28 student limit. This reckless decision will result in having 10,000 few teachers working with our children across the province over the next four years.

Days ago, Sudbury MPP Jamie West and MPP Guy Bourgoin challenged the government on its attack on Francophone education students and on Francophone services. West and Bourgoin shared the shocking information that students planning to attend Laurentian’s Faculty of Education learned that the school would no longer be offering their intermediate-high school cycle – one of just two French-language teacher’s degree programs in the entire province. This is devastating news for students who had planned their post-secondary education around becoming high school teachers. West asked the Minister of Colleges and Universities, “What will you tell students who dream of teaching high school in French, but are now unable to do so?” How does the government intend to solve the problem of the shortage of francophone teachers when demand continues to grow?

The attacks on education also go well beyond effects on elementary and secondary school students. Last spring Ford announced that his government was ripping financial assistance away from post secondary school students by making deep cuts to the Ontario Student Assistance Program (OSAP). Deep cuts to non-repayable grants account for the bulk of the more than $700 million in funding slashed from the Ministry of Training, Colleges and Universities in Doug Ford’s first budget. As a result, thousands of students across the province saw their dreams of earning a degree or college certificate that would lead them to better jobs in life just vanish right before their eyes.

If there is any doubt about the lack of regard Ford has for post secondary students, just look back at his party fundraising letter that he sent last year in which he attacks student unions. In his letter he revealed his politically motivated plot against the student unions who stood up to his plan to cut OSAP. The last thing Ford wanted was an intelligent, organized voice decrying his hurtful decisions and policies. So he decided to implement changes to student fees that allow students to opt-out of select student fees. But Ford tipped his hand showing his contempt for student unions in his party fundraising letter by writing, “I think we all know what kind of crazy Marxist nonsense student unions get up to. So, we fixed that. Student union fees are now opt-in.”

Student unions do so much for students. They arrange for transit discounts, grad photos, student events, clubs, copy centres, and food banks because so many students can’t afford both the tuition fees and food. Student unions work tirelessly to ensure student safety and mental health, to promote wellbeing, and to create more opportunities on campus. Without the funding, student unions are castigated.

The good news here is that collectively the student unions took the government to court and won. The courts ruled that it was illegal for the Ford Government to interfere with autonomous schools’ own fee structure. The court clearly condemned the Province saying they overreached their authority.

Just in case you’re wondering, the above is by no means a complete listing of the attacks Doug Ford has made and continues to make, on our education system. So much is being brought to light as a result of negotiations with the various teacher and education worker unions. Doug Ford intentionally picked this fight with teachers, education workers and everyone in schools. He knows how to end it: reverse his callous cuts to education. Stop the thousands of teacher and educator firings, stop the class-size hike, end the plan to hold classes online instead of in the classroom, and cancel the wage-cap law that trounced workers’ rights before they even got to the bargaining table.

“Education is the passport to the future, for tomorrow belongs to those who prepare for it today.” Our young people truly represent our future in a very real way. Our children deserve so much better than to have their education dreams thwarted by Doug Ford. New Democrats join with thousands of parents and students across the province who challenge the wisdom of the Governments plans and policies on education. We are grateful that education workers are taking job action while at the same time ensuring there is no impact on student learning or student safety. We hope Doug Ford acts quickly to reverse his cuts and work for a resolution at the bargaining table.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin


« L’éducation est le passeport pour l’avenir, car demain appartient à ceux qui s’y préparent aujourd’hui. » De nombreux lecteurs identifieront facilement cette citation de Malcom X, éminent défenseur des droits de la personne des années 1960. Je crois sincèrement que l’un des plus grands cadeaux qu’une société puisse offrir à ses jeunes est une bonne éducation qui les préparera à tout ce qu’ils devront affronter dans l’avenir.

Malheureusement, ici en Ontario, il semble que notre système d’éducation soit devenu une cible fréquente du gouvernement conservateur de Ford. Une recherche rapide sur Internet des titres sur les changements apportés à l’éducation en Ontario affichera rapidement une longue liste de problèmes directs et indirects.

L’un des problèmes les plus troublants est le retard des travaux de réparation nécessaires dans de nombreuses écoles de la province. C’est une question de santé et de sécurité. Sous les libéraux, les réparations ont atteint un prix ridicule de 15,9 milliards de dollars. Et maintenant, sous Doug Ford, le prix a augmenté de 400 millions de dollars pour atteindre un total de 16,3 milliards de dollars. N’oubliez pas que cela ne couvre pas les coûts de la nouvelle construction. Ceci est juste pour réparer nos écoles actuellement en activité. C’est pourquoi les étudiants doivent avoir recours à des manteaux et des mitaines dans leurs classes. Dans trop d’écoles, le chauffage ne fonctionne pas, des seaux servent à attraper les fuites des toits, et des abreuvoirs sont contaminées au plomb. Lorsque le gouvernement ne finance pas les réparations nécessaires dans les écoles, nos élèves en souffrent.

Au moins, quand les libéraux étaient au pouvoir, ils avaient prévu d’utiliser les fonds provenant de la bourse sur le carbone avec l’Ontario, le Québec et la Californie pour réparer les écoles. Une fois en poste, Doug Ford a déchiré l’accord, mais il n’a jamais proposé de solution de rechange pour couvrir les coûts de réparation des écoles.

Ford a également créé une situation de cauchemar pour plusieurs milliers d’étudiants en augmentant le nombre d’élèves par classe dans les écoles primaires et secondaires. L’augmentation de l’effectif des classes signifie que les étudiants auront moins d’attention individuelle, car l’enseignant doit répartir son temps entre plus d’élèves. Dans les écoles secondaires, la situation est encore pire car les classes nécessitant un plus petit nombre pour des raisons de sécurité doivent être compensées en ajoutant un nombre beaucoup plus important aux classes qui dépassent déjà la limite de 28 élèves. Cette décision imprudente aura pour résultat qu’il y aura 10 000 enseignants en moins pour travailler avec nos enfants dans toute la province au cours des quatre prochaines années.

Il y a quelques jours, le député provincial de Sudbury, Jamie West, et le député provincial, Guy Bourgoin, ont défié le gouvernement dans son attaque contre les étudiants francophones en éducation et contre les services offerts aux francophones. West et Bourgoin ont partagé l’information choquante selon laquelle les étudiants qui prévoyaient fréquenter la faculté d’éducation de l’université Laurentienne avaient appris que l’école n’offrirait plus leur cycle intermédiaire-secondaire, l’un des deux seuls programmes menant à un diplôme en français dans l’ensemble de la province. C’est une nouvelle dévastatrice pour les étudiants qui avaient planifié leurs études postsecondaires pour devenir enseignant au secondaire. West a demandé au ministre des Collèges et Universités: « Que direz-vous aux étudiants qui rêvent d’enseigner le français au secondaire, mais qui sont maintenant incapables de le faire? » Comment le gouvernement entend-il résoudre le problème de la pénurie d’enseignants francophones qui continue de croître?

Les attaques contre l’éducation vont bien au-delà des effets sur les élèves des écoles primaires et secondaires. Le printemps dernier, Ford a annoncé que son gouvernement était en train de supprimer l’aide financière accordée aux étudiants de niveau postsecondaire en effectuant des coupes dans le Régime d’aide financière aux étudiants de l’Ontario (RAFEO). Les coupes importantes dans les subventions non remboursables représentent la majeure partie du financement de plus de 700 millions de dollars provenant du ministère de la Formation et des Collèges et Universités dans le premier budget de Doug Ford. En conséquence, des milliers d’étudiants de la province voient leur rêve d’obtenir un diplôme ou un diplôme d’études collégiales leur permettant de trouver de meilleurs emplois dans la vie disparaitre sous leurs yeux.

S’il y a le moindre doute sur le manque de considération de la part de Ford pour les étudiants de niveau postsecondaire, il suffit de regarder la lettre de collecte de fonds qu’il a envoyée à son parti l’année dernière dans laquelle il attaque les syndicats d’étudiants. Dans sa lettre, il a révélé son complot politique contre les associations d’étudiants qui avaient résisté à son plan de réduction du RAFEO. La dernière chose que Ford souhaitait était une voix intelligente et organisée décriant ses décisions et politiques régressives. Il a donc décidé de modifier les frais de scolarité afin de permettre aux étudiants de choisir de ne pas payer certains coûts. Mais dans sa lettre de collecte de fonds du parti, Ford a manifesté son mépris pour les associations d’étudiants en écrivant: « Je pense que nous savons tous à quel genre de fous les associations d’étudiants insensés et marxistes se préparent. Donc, nous avons corrigé ça. Les frais d’association étudiante sont maintenant optionnels. »

Les associations d’étudiants font beaucoup pour les étudiants. Ils organisent des réductions sur le transport en commun, des photos pour les étudiants, des événements pour étudiants, des clubs, des centres de copie et des banques alimentaires, car de nombreux étudiants ne peuvent pas se permettre à la fois les frais de scolarité et la nourriture. Les associations étudiantes travaillent sans relâche pour assurer la sécurité de leurs élèves et leur santé mentale, pour promouvoir le bien-être et pour créer davantage d’opportunités sur le campus. Sans financement, les associations d’étudiants sont fustigées.

La bonne nouvelle est que collectivement, les associations d’étudiants ont poursuivi le gouvernement en justice et ont gagné. Les tribunaux ont déclaré qu’il était illégal pour le gouvernement Ford d’interférer dans le système de tarification des écoles autonomes. Le tribunal a clairement condamné la province, affirmant qu’elle avait surpassé son autorité.

Au cas où vous vous le demanderiez, ce qui précède n’est en aucun cas une liste complète des attaques que Doug Ford a perpétrées et continue de commettre sur notre système d’éducation. Les négociations avec les différents syndicats d’enseignants et de travailleurs de l’éducation ont mis en lumière beaucoup de choses. Doug Ford a délibérément choisi ce combat avec des enseignants, des travailleurs de l’éducation et tout le monde à l’école. Il sait comment y mettre fin: renversez ses coupures impitoyables dans l’éducation. Arrêtez les milliers de licenciements d’enseignants et d’éducateurs, arrêtez l’augmentation du nombre d’élèves, arrêtez le projet de tenir les cours en ligne plutôt que dans la salle de classe, et annulez la loi sur le plafonnement des salaires qui empêche les droits des travailleurs avant même qu’ils ne se rendent à la table des négociations.

« L’éducation est le passeport pour l’avenir, car demain appartient à ceux qui s’y préparent aujourd’hui. » Nos jeunes représentent vraiment notre avenir de manière très réelle. Nos enfants méritent tellement mieux que de voir leurs rêves d’éducation détruits par Doug Ford. Les néo-démocrates se joignent à des milliers de parents et d’étudiants de toute la province qui contestent la sagesse des plans et des politiques du gouvernement en matière d’éducation. Nous sommes reconnaissants aux travailleurs de l’éducation de prendre des mesures concrètes tout en veillant à ce qu’ils n’aient aucune incidence sur l’apprentissage des élèves ou sur leur sécurité. Nous espérons que Doug Ford agira rapidement pour inverser ses coupes et œuvrer pour une résolution à la table de négociation.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

 

This entry was posted in Columns, Michael Mantha's News From The Park. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *