Michael Mantha’s NFTP for 200731

I have an uncle that I love dearly who has always been extremely supportive, especially since I joined the world of politics.  He stays abreast of what’s happening in Algoma-Manitoulin in the news and comments on this weekly column from time to time.  He’s a wonderful fellow with a great sense of humour but he does have some pet peeves.  One of them has to do with people/businesses jumping the gun and getting too far ahead of themselves.  One big one he’s had for years was a certain national retail catalogue that used to deliver its catalogues earlier and earlier.  You could hear his roars about getting the Christmas Wish Book in July or similar out of season early publications.  The same thing would happen if a local store started putting up Christmas decorations before Trick or Treaters have even knocked on his door.

Well at the risk of pushing my uncle’s buttons, this week I am raising the issue of ‘Back to School’ while it’s still July.  In truth, by the time he finishes reading this week’s column, I think he will understand why I’m raising this issue at this time.

During this pandemic, parents have had their hands full juggling parenting and making sure school-age kids keep up with remote learning, all the while managing their own workloads and responsibilities.  Ontarians can be proud of how we’ve stepped up to the plate as a people when called upon.  They deserve a provincial government that will step up with a plan for September and the funding schools need to protect children and their teachers from COVID-19.

Like a cat, time has a way of creeping up on us.  To date, Doug Ford and Education Minister Stephen Lecce have failed to provide a true plan or the funding necessary to ensure children and youth can return to schools and child care centres in a safe and supportive way.  It’s simply not good enough for a government to dump this monumental challenge on school boards without providing any additional resources or funding from the province.  We’ve heard a lot of talk from the Ford government about re-opening schools.  But that is all it is – just talk.  A solid plan was needed weeks ago.  And now, what parents need is real action and proper funding to get our children safely back in school.

Medical authorities, mental health professionals, educators and child development experts have all told us that children and youth NEED to be in school full time – five days each week.  This is a fact, not just best ‘practice advice.’  It is necessary for their own physical and mental wellbeing and development.

The NDP promised at the beginning of the last session to not only oppose but to propose, and we have stood by that commitment.  We can’t wait any longer.  That’s why, rather than just criticizing, we tabled a motion in the Legislature asking the Ford Government to implement an emergency action plan to help get children and youth safely back to class five days a week in the fall.  Our plan includes:

  • Putting enough teachers, education workers and alternative classrooms in place for all students to return to school five days a week, in small, safe classrooms;
  • Paid sick leave and parental leave in any modified return;
  • Immediate funding to stabilize the child care sector to prevent fee increases and layoffs;
  • Increased funding for teacher hiring, bussing, school repairs and cleaning;
  • Real collaboration with frontline education workers, students, parents and school boards through a COVID-19 recovery school advisory group;
  • Addressing the needs of students from Indigenous, black and racialized communities that are disproportionately affected by COVID-19;

School boards have been told to be ready for any scenario including: online learning only, a hybrid model in which children attend class in person only on alternating days and finally a full resumption of a standard school day.  This sort of planning is like taking a photo with a wide-angle lens.  It may be all encompassing, but in the end, the photo lacks the needed detail on the decided subject.

My office has had so many emails, calls and letters about the need for reliable, affordable high-speed broadband services, like they have across most of the province.  Not everyone in Algoma-Manitoulin had broadband caps removed for billing as in other parts of the province.  The North and many Indigenous communities have been left out.  Here in our own Algoma-Manitoulin, many students cannot access the broadband level of service that they need to continue their studies.

New Democrats have long called for expanded broadband.  And now that we are in a position where we truly NEED it, it’s not there.  This makes it especially difficult for school boards to organize across our vast northern regions.

As I said before, I’ve run the risk of setting off my dear uncle.  But I know he will forgive me and agree that the time has passed for the government to simply rely upon the general, vague instructions that Ford issued at the end of June.  It’s time to implement a solid back to school plan that people can count on.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters.  You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin


J’ai un oncle que j’aime beaucoup et qui m’a toujours soutenu, surtout depuis que j’ai rejoint le monde de la politique. Il se tient au courant de ce qui se passe à Algoma-Manitoulin dans les nouvelles et commente de temps en temps cette chronique hebdomadaire. C’est un type formidable avec un grand sens de l’humour, mais il a quelques bêtes noires. L’une d’elles concerne les personnes / entreprises qui sautent les armes et prennent trop d’avance sur elles-mêmes. On peut entendre ses commentaires lorsque le catalogue de Noël arrivait chez lui en juillet ou de publications similaires hors saison. La même chose se produirait si un magasin local commençait à installer des décorations de Noël avant que les enfants frappent à la porte pour l’Halloween.

Je soulève cette semaine la question du «Retour à l’école» alors que nous sommes encore en juillet. En vérité, au moment où il aura fini de lire la chronique de cette semaine, je pense qu’il comprendra pourquoi je soulève cette question en ce moment.

Pendant cette pandémie, les parents ont eu les mains pleines pour jongler avec le rôle parental et s’assurer que les enfants d’âge scolaire suivent l’apprentissage à distance, tout en gérant leurs propres charges de travail et responsabilités. Les Ontariennes et Ontariens peuvent être fiers de la façon dont nous sommes intervenus en tant que peuple. Ils méritent un gouvernement provincial qui intensifiera un plan pour septembre et le financement dont les écoles ont besoin pour protéger les enfants et leurs enseignants contre le COVID-19.

Comme un chat, le temps nous envahit. À ce jour, Doug Ford et le ministre de l’Éducation Stephen Lecce n’ont pas réussi à fournir un véritable plan ou le financement nécessaire pour que les enfants et les jeunes puissent retourner dans les écoles et les garderies de façon sécuritaire et avec soutien. Il ne suffit tout simplement pas qu’un gouvernement abandonne ce défi monumental aux conseils scolaires sans fournir de ressources ou de financement supplémentaires de la part de la province. Le gouvernement Ford a beaucoup parlé de la réouverture des écoles. Mais c’est tout ce que c’est – il suffit de parler. Un plan solide était nécessaire il y a des semaines. Et maintenant, ce dont les parents ont besoin, c’est d’une action réelle et d’un financement adéquat pour ramener nos enfants à l’école en toute sécurité.

Les autorités médicales, les professionnels de la santé mentale, les éducateurs et les experts en développement de l’enfant nous ont tous dit que les enfants et les jeunes DOIVENT être à l’école à plein temps – cinq jours par semaine. C’est un fait, pas seulement des « conseils sur les meilleures pratiques ». Il est nécessaire pour leur propre bien-être physique et mental et leur développement.

Le NPD a promis au début de la dernière session non seulement de s’opposer, mais de proposer, et nous avons respecté cet engagement. Nous ne pouvons plus attendre. C’est pourquoi, au lieu de nous contenter de critiquer, nous avons déposé une motion à l’assemblée législative demandant au gouvernement Ford de mettre en œuvre un plan d’action d’urgence pour aider les enfants et les jeunes à retourner en classe en toute sécurité cinq jours par semaine à l’automne.

Notre plan comprend:

  • Mettre en place suffisamment d’enseignants, de travailleurs de l’éducation et de classes alternatives pour que tous les élèves puissent retourner à l’école cinq jours par semaine, dans de petites salles de classe sécures;
  • Congé de maladie payé et congé parental dans toute déclaration modifiée;
  • Un financement immédiat pour stabiliser le secteur des services de garde afin d’éviter les augmentations de frais et les mises à pied;
  • Augmentation du financement pour l’embauche d’enseignants, le transport par autobus, les réparations et le nettoyage des écoles;
  • Une véritable collaboration avec les travailleurs de l’éducation de première ligne, les élèves, les parents et les conseils scolaires par le biais d’un groupe consultatif scolaire de rétablissement COVID-19;
  • Répondre aux besoins des élèves des communautés autochtones, noires et groupes racialisées qui sont touchées de manière disproportionnée par le COVID-19;

On a dit aux conseils scolaires d’être prêts pour tout scénario, y compris: l’apprentissage en ligne uniquement, un modèle hybride dans lequel les enfants ne fréquentent la classe en personne que des jours alternés et enfin une reprise complète d’une journée scolaire standard. Ce type de planification est comme prendre une photo avec un objectif grand-angle. C’est peut-être tout englobant, mais à la fin, la photo manque des détails nécessaires sur le sujet choisi.

Mon bureau a reçu tellement de courriels, d’appels et de lettres au sujet de la nécessité de services Internet rapide, fiable et abordable comme dans presque toute la province. Les gens dans l’ Algoma-Manitoulin n’ont pas reçu les caps de facturation pour les services Internet à large bande comme dans d’autres régions de la province. Le Nord et de nombreuses communautés autochtones ont été laissés de côté. Ici, dans notre propre Algoma-Manitoulin, de nombreux étudiants n’ont pas accès au niveau de service à large bande dont ils ont besoin pour poursuivre leurs études.

Les néo-démocrates réclament depuis longtemps l’expansion du service Internet à large bande. Et maintenant que nous sommes dans une position où nous en avons vraiment besoin, ce n’est pas là. Cela rend particulièrement difficile l’organisation des commissions scolaires dans nos vastes régions nordiques.

Comme je l’ai déjà dit, j’ai couru le risque de fâcher mon cher oncle. Mais je sais qu’il me pardonnera et conviendra que le temps est écoulé pour que le gouvernement se fie simplement aux instructions générales et vagues que Ford a données à la fin du mois de juin. Il est temps d’implémenter

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin

This entry was posted in Columns, Michael Mantha's News From The Park. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *