MPP Michael Mantha’s News from the Park 181130

Some of you will recall that I began last week’s column stating that the Legislature had just concluded one of THOSE weeks. As I explained then, this feeling was due to the bombardment of devastating and demoralizing news that the PCs hit Ontarians with. With so many issues to deal with I chose the one nearest and dearest to all of our hearts; the protection of our children in light of Doug Ford’s decision to eliminate the Ontario Child Advocate’s Office.

This week one of the Legislature’s main focuses was on the announced cutting of the French Language Services Commissioner’s (FLSC) position. Once again, this is an important issue in that it also directly impacts a significant segment of Ontario’s youth. And we all know without any doubt that our future lies in the hands of our youth. So we’ve got to get what we do for them right the first time.

The FLSC’s mandate states that “The Commissioner makes recommendations for improving the delivery of services in French and monitors progress.  In executing his mandate, the Commissioner conducts independent investigations following complaints or on his own initiative, prepares reports and advises the government, government agencies and MPPs to promote compliance with the [French Language Services] Act.” This mandate is meant to be a proactive approach to ensure the Act is respected. On the other hand, the Ombudsman’s Office only investigates complaints after the concern arises.

Rest assured that my offices, as well as many of my colleagues, were flooded with calls and letters from constituents who expressed feeling gob smacked at first and then outraged. I say gob smacked because this decision came seemingly out of the blue, totally unexpected and without real justification.

I dare say that I’m not alone in hoping that our youth will have abundant opportunity to work and reside in the North, close to home. Far too many of our young people are forced to be southward bound because that’s where education, training, jobs and opportunity lay. This fact hit home with me when I received the following email from a Francophone student who is in the 11th grade.

I as a French student in 11th grade, was looking forward to having an option to go to a French, not bilingual, university and am very disappointed that my only opportunity to do so has now been abolished. I was very upset when I heard the news. This French university was a hope for the French community to continue growing instead of diminishing since more than half of Ontario’s French high school students do their post secondary education in English because of the lack of programs and resources. Therefore, the French population continues to diminish.

Despite our good intentions, sometimes as adults we forget how decisions we make today steers the lives of future generations; often with no hope of reversing or changing paths down the road. The current generation of young adults is the most educated generation to date with a job market that is continuously evolving. Since this is the case, we can anticipate that post-secondary enrollment will continue to rise. As such, we should also count on more and more Francophone and Francophile students to formulate their academic dreams in their own mother tongue. But for this to happen, we need to start the planning process now, before it’s too late.

Premier Ford recently stated that there are already 10 universities and colleges in Ontario that offer courses in French. Okay, fine… but what the Premier neglected to also mention is the fact that many of these programs are primarily geared to teaching French as a second language or as a degree in French Language itself. Earning a French Language degree is not overly beneficial for Francophone students wanting to enroll in other programs with hopes of working within Francophone settings in other fields such as social work, political science or medicine.

In addition to this, among Ontario’s 20 public universities, 24 colleges and over 400 registered private career colleges, only 10 institutions offer some French courses. This simply does not cut it. This fact hit home with me when I connected with a recent graduate from Laurentian University who shared that her major was not offered in French at all. Even though she attempted to complete her minor in a program offered in French, she still had to complete half of the required courses in English and was forced to use English resources in her French classes.

Our children have a right to study in the official language of their choice. But in the absence of a French language university, the choice is taken from their hands. Not only does this negatively impact current Ontario students, but students from other provinces and even countries who would like to study in French in Ontario. This was evidenced from the spillover of Doug Ford’s decisions into the news in other provinces. Ford’s actions can heavily influence trends that follow in other provinces in Canada.

Ontario cannot be ‘Open for Business’ if we are detouring future Ontarians from starting their lives here. We must ensure that our youth are prepared for the increasingly global society and economy in which we live. To do so they need to have freedom to follow the paths they need to go.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin


Certains d’entre vous se souviendront peut-être que j’avais commencé ma chronique de la semaine dernière en affirmant que l’Assemblée législative venait de terminer l’une de ces semaines les plus particulières. Comme je l’avais expliqué, ce sentiment était dû à l’enchainement de mauvaises nouvelles toujours plus démoralisantes pour les Ontariens, venant de décisions prises par les Conservateurs. Avec tant de problèmes à régler, j’ai choisi celui qui nous est le plus proche et le plus cher; la protection de nos enfants à la lumière de la décision de Doug Ford d’éliminer le Bureau de l’Intervenant en faveur des enfants et des jeunes de l’Ontario.

Cette semaine, l’un des principaux objectifs de l’Assemblée législative a été la suppression annoncée du poste de Commissaire aux services en français. Encore une fois, c’est un problème important dans la mesure où il touche aussi directement un segment important de la jeunesse ontarienne. Et nous savons tous sans aucun doute que notre avenir est entre les mains de nos jeunes. Il n’y a donc pas place à l’erreur.

Le mandat de la CSLF stipule que «le Commissaire fait des recommandations pour améliorer la prestation de services en français et surveille les progrès. Dans le cadre de son mandat, le Commissaire mène des enquêtes indépendantes à la suite de plaintes ou de sa propre initiative, prépare des rapports et conseille le gouvernement, les agences gouvernementales et les députés provinciaux afin de promouvoir le respect de la Loi sur les services en français». Ce mandat se veut comme une approche proactive pour assurer le respect de la loi. Par ailleurs, le bureau de l’Ombudsman n’enquête sur les plaintes que lorsque l’inquiétude est apparente.

Soyez assurés que mes bureaux, ainsi que nombre de mes collègues, ont été inondés d’appels et de lettres de commettant qui ont déclaré se sentir surpris au début, puis indignés. Je dis surpris parce que cette décision est apparue à l’improviste, totalement inattendue et sans véritable justification.

J’ose dire que je ne suis pas le seul à espérer que nos jeunes auront de nombreuses occasions de travailler et de résider dans le Nord, près de chez eux. Beaucoup trop de nos jeunes sont obligés de se diriger vers le sud parce que c’est là que se trouvent la plupart des collèges et des universités, les emplois et les opportunités de carrière. Cette réalité m’a frappé lorsque j’ai reçu le courriel suivant d’un élève francophone en 11e année.

En tant qu’étudiant francophone en onzième année, j’avais hâte de pouvoir choisir une université française, non bilingue, et je suis très déçu que ma seule occasion de le faire ait été supprimée. J’étais très contrarié quand j’ai entendu la nouvelle. Cette université française était un espoir pour la communauté francophone de poursuivre sa croissance au lieu de diminuer car plus de la moitié des étudiants francophones des écoles secondaires de l’Ontario poursuivent leurs études postsecondaires en anglais en raison du manque de programmes et de ressources. Par conséquent, la population francophone continue de diminuer.

En dépit de nos bonnes intentions, nous oublions parfois, à l’âge adulte, que les décisions que nous prenons aujourd’hui orientent la vie des générations futures. Et cela souvent sans espoir de renverser ou de changer de chemin sur la route. La génération actuelle de jeunes adultes est la génération la plus éduquée à ce jour avec un marché du travail en évolution constante. Il est donc normal d’anticiper que les inscriptions aux études postsecondaires continueront d’augmenter. À ce titre, nous devrions également compter sur de plus en plus d’étudiants francophones et francophiles pour rêver d’étudier dans leur propre langue maternelle. Mais pour que ce rêve se concrétise, nous devons commencer le processus de planification avant qu’il ne soit trop tard.

Le premier ministre Ford a récemment déclaré qu’il existe déjà 10 universités et collèges en Ontario qui offrent des cours en français. D’accord… mais le premier ministre a également omis de mentionner le fait que bon nombre de ces programmes sont principalement conçus pour l’enseignement du français langue seconde ou d’un diplôme en langue française. L’obtention d’un diplôme en français n’est pas très bénéfique pour les étudiants francophones qui souhaitent s’inscrire à d’autres programmes dans l’espoir de travailler dans des contextes francophones dans d’autres domaines tels que le travail social, les sciences politiques ou la médecine.

De plus, parmi les 20 universités publiques, 24 collèges et plus de 400 collèges privés d’enseignement professionnel enregistrés en Ontario, seulement 10 établissements offrent des cours de français. Cela ne suffit tout simplement pas. J’ai mieux compris cette réalité lorsque j’ai communiqué avec une récente diplômée de l’Université Laurentienne, qui m’a expliqué que sa majeure n’était pas offerte en français. Bien qu’elle ait tenté de terminer sa mineure dans un programme offert en français, elle devait néanmoins suivre la moitié des cours requis en anglais et était obligée d’utiliser des ressources en anglais dans ses cours de français.

Nos enfants ont le droit d’étudier dans la langue officielle de leur choix. Mais en l’absence d’une université de langue française, on leur enlève ce choix. Cela a non seulement un impact négatif sur les étudiants ontariens actuels, mais également sur les étudiants d’autres provinces et même d’autres pays, qui souhaitent étudier en français en Ontario. C’est ce qui ressort des répercussions des décisions de Doug Ford lorsqu’on regarde les médias des autres provinces. Les actions de Ford peuvent fortement influer sur les tendances observées dans d’autres provinces canadiennes.

L’Ontario ne peut être «ouvert aux affaires» si nous dissuadons les futurs Ontariens et Ontariennes de commencer leur vie ici. Nous devons nous assurer que nos jeunes sont préparés à faire face à la société et à l’économie de plus en plus mondialisée dans lesquelles nous vivons. Pour ce faire, ils doivent avoir la liberté de prendre les chemins qu’ils veulent suivre.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau si vous avez des questions à propos de cette chronique ou toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

This entry was posted in Columns, Michael Mantha's News From The Park. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *