Carol Hughes’ column – Canada is always changing

Last year I wrote how Canada Day is special no matter the circumstances.  It is a sentiment I maintain, but this year will test the idea even more as early summer cancellations confirm we are still working through the pandemic.  This year we will celebrate our national birthday drawing on experiences from the last year and half and with more than a little hope that this will be the last one hampered by Covid-19.

There is no doubt this year’s festivities will be subdued in a manner similar to last year’s.  As I pen this some jurisdictions are cancelling Canada Day celebrations and others are considering how they should proceed, not just based on the pandemic, but also on the manner in which many Canadians are struggling to understand our history just a few weeks after the discovery of the remains of 215 children in unmarked graves on the grounds of a former residential school in Kamloops, BC.

While some understand the event was an expected outcome of work that was intended to discover those very children, others seem to have been caught off-guard. As that same endeavour is carried on in other locations, more children will be found.  It is important work that will facilitate healing on all sides and will lead to a stronger Canada in the long run.  That kind of nation building is uncomfortable to be certain, but those moments can lead to growth in ways that comfort can never do. We like to think we are a can-do nation and have proven that on so many fronts.  This is another chance for us to showcase that trait.

Even though it is a national celebration, Canada Day is also a reflection of our communities.  Most celebrations take place at a community level and have a local flare to them.  Again, this year we will take these down to the micro level in households, but we can celebrate our communities all the same.  So many of you have spent the better part of the last year and a half doing as much as you can to support your locality.  You have taken care of your neighbours in need and supported their businesses too.  This wasn’t unexpected, but we can celebrate it with certainty that we are caring and community minded.

But I won’t lie, I’m just the same as everyone else.  I miss the crowds and liveliness on display at our big community celebrations.  I miss Canada Day crowds, Community Parades, Pow-Wows, the multitude of interesting tourists that visit us, and all the trappings of our summers’ past.  That’s why I am doing what I can to help us reach the other side of the pandemic.  I know you are as well!

Last year I also wrote about the pace of the early days of the pandemic, the resurgence of hobbies, and the boom in home-improvement projects and immaculate yards.  There were other positives that arose from the challenge that Covid presented and some will persist beyond the event.

It is said that the most dramatic change occurs when our backs are truly against the wall.  That’s where they’ve been for the better part of 18 months and I am of the belief that we have changed.  I am hopeful that we will be more empathetic and understanding as we emerge from the pandemic.  I see signs of that in the House of Commons where some politicians have expressed regret for intolerant positions that fostered fear and suspicion as a reflection of anti-Islamic sentiments. The terrible killing of a Muslim family in London shows the work of growth extends beyond Canada’s relationship with Indigenous peoples, but I am confident we are up for the job.

At the end of the day, Canada is an ever changing, growing and adaptable country.  We are blessed with many advantages and are well placed to lead by example for a long time.  We have work to do, but that isn’t entirely new, and we have never shied away from a challenge yet.  I can’t imagine we will any time soon.

Happy Canada Day!

 

Le Canada est en constante évolution

L’an dernier, j’écrivais que la fête du Canada était spéciale, peu importe les circonstances. Je le réitère, mais cette opinion sera mise à rude épreuve cette année : l’annulation des activités de l’été confirme que la pandémie n’est pas terminée. Cette année, nous célébrerons la fête nationale en nous inspirant des expériences des 18 derniers mois et en gardant espoir que ce soit la dernière compromise par la COVID-19.

Il ne fait aucun doute que les festivités seront encore soumises à des restrictions comparables à celles de l’an dernier. Au moment où j’écris ces lignes, certaines autorités annulent les célébrations de la fête du Canada, et d’autres s’interrogent sur ce qu’il convient de faire, et pas seulement en raison de la pandémie. De nombreux Canadiens ont du mal à comprendre notre histoire, quelques semaines seulement après la découverte des dépouilles de 215 enfants dans des tombes anonymes sur le terrain d’un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Si certains comprennent que des fouilles ont mené à la découverte attendue de ces enfants, d’autres semblent avoir été pris au dépourvu. Si des fouilles étaient réalisées ailleurs, on trouverait plus d’enfants. Il s’agit d’un travail important qui facilitera la guérison de tous et rendra ultimement le Canada plus fort. Certes, ces moments dans l’histoire, qui contribuent à l’édification du pays, nous dérangent, mais ils nous poussent à grandir d’une manière que le réconfort ne pourra jamais faire. Nous aimons croire que le Canada est un pays qui se retrousse les manches et nous l’avons prouvé sur de nombreux fronts. Voici l’occasion de le prouver encore une fois.

Même s’il s’agit d’une célébration nationale, la fête du Canada est aussi la représentation de nos collectivités. La plupart des célébrations se déroulent localement et en ont la touche. Cette année encore, nous allons ramener les célébrations dans les ménages, mais nous pouvons tout de même mettre en valeur les localités de notre pays. Beaucoup d’entre vous ont passé la majeure partie de l’année et demie qui s’est écoulée à faire tout ce qui est possible pour soutenir leur localité. Vous avez pris soin de vos voisins dans le besoin et soutenu les entreprises. Il n’y a là rien d’inattendu, mais nous pouvons tout de même célébrer avec la certitude que nous sommes bienveillants et soucieux de la collectivité.

Je ne vais pas mentir, je suis comme tout le monde. La foule et l’animation qui régnait lors de nos grandes fêtes communautaires me manquent, tout comme les foules de la fête du Canada, les défilés communautaires, les pow-wow, la multitude de touristes intéressants et de tous les attraits de nos étés passés. C’est pourquoi je fais tout ce que je peux pour nous aider à surmonter la pandémie. Je sais que vous le faites aussi!

L’an dernier, j’ai également écrit sur le rythme des premiers jours de la pandémie, la réapparition des passe-temps, l’essor des projets de rénovation et la frénésie du jardinage. La pandémie a aussi d’autres points positifs et certains perdureront au-delà de la pandémie.

On prétend que les changements les plus spectaculaires se produisent lorsque nous sommes acculés au mur. C’est ce que nous avons vécu la majeure partie des 18 derniers mois et je suis convaincu que nous avons changé. J’espère que nous ferons preuve de plus d’empathie et de compréhension une fois la pandémie passée. J’en vois des signes à la Chambre des communes, où certains politiciens ont exprimé des regrets d’avoir pris des positions marquées d’intolérance qui ont alimenté la peur et la suspicion, reflet de sentiments anti-islamiques. Le terrible meurtre d’une famille musulmane à London montre que le Canada doit s’ouvrir et travailler à sa relation avec les peuples autochtones et avec les autres aussi. Je suis néanmoins convaincu que nous sommes à la hauteur de la tâche.

En fin de compte, le Canada est un pays qui évolue toujours, qui grandit et qui est capable de s’adapter. Nous avons la chance de bénéficier de nombreux avantages et sommes bien placés pour donner l’exemple pendant longtemps. Nous avons fort à faire, mais ce n’est pas tout à fait nouveau, et nous n’avons encore jamais reculé devant un problème. Je ne pense pas que ce soit le cas de sitôt.

Bonne fête du Canada!

This entry was posted in Carol Hughes' Column, Columns. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *