Carol Hughes’ Column – Fall Economic Statement Offers Key Measures to Help, While Still Falling Short

Last week, the government released their Fall Economic Statement. A sort of mini-budget designed to implement key fiscal measures during a period of financial uncertainty, the Fall Economic Statement was an opportunity for the government to address inflation concerns for working people across the country. While there were a number of key items in the Fall Economic Statement that will certainly help people, it comes up short on a number of areas that could have gone to support people and build a stronger economy in the process.

The Fall Economic Statement contains a number of key measures New Democrats were championing to get immediate help to people. Among the measures that have been included in the bill include removing interest on Canada Student Loans. This is a vital measure that will make a huge difference in the lives of 1.8 million students and young people entering the workforce. This will save an average of $410 per year for those currently paying off Canada Student Loan debt. For people just entering the workforce and gaining experience, this should come as a welcome measure that will allow them to pay down their loans faster and keep more money in their pocket.

On housing, the Fall Economic Statement doubles the first-time homebuyers tax credit, giving a shot in the arm for those looking to enter the housing market. While the Canadian housing market remains particularly expensive, doubling the tax credit, from the current $750 to $1,500, will offset housing costs. Additionally, the bill also includes an anti-flipping tax which applies to homes purchased and sold within a year to ensure those who are purchasing a home are doing so to live in, not to profit. There are caveats, such as selling a home in the event of a divorce, death, or other life events, which will not trigger the tax.

On the environment, the Fall Economic Statement incentivizes clean tech and hydrogen companies with tax credits to get clean energy companies to build in Canada and to create good paying jobs in the sector. This is an important step if we are to transition away from high carbon energy industries. Additionally, the bill also includes measures to build a Sustainable Jobs Training Centre designed to help ensure energy workers get the training they need to build the sustainable energy market of the future.

However, the bill leaves a number of issues to the wayside that would make a significant difference in people’s lives now. A key measure New Democrats have been pushing in advance of the winter months is the removal of GST from home heating. This is not a new proposal: it’s one we’ve been actively encouraging the government to take for well over a decade now, and if ever there was a moment to take this proposal on, it’s this year when inflation has gone through the roof.

On the same token, there is nothing in the bill to address the rising costs of food and the growing concerns around greedflation. While the Competition Bureau is investigating potential anti-competitive behaviour of major grocery chains, the government did not see fit to place any measures in the Fall Economic Statement to help alleviate the outrageous costs of food.

Additionally, throughout the country, health care is in crisis. Yet, no new dollars have been allocated to help protect and strengthen our public health services. Health services across the country are suffering, hospitals are overcrowded, and a lack of federal investment to help ease the burden is concerning, to say the least.

Overall, the Fall Economic Statement does provide some measures that are necessary to help ease people’s financial burden, but more will certainly need to be done to assist Canadians who continue to struggle to get by.

 

 

L’Énoncé économique de l’automne prévoit des mesures d’aide importantes, mais elles demeurent insuffisantes

La semaine dernière, le gouvernement a publié son Énoncé économique de l’automne. Sorte de mini‑budget conçu pour mettre en œuvre des mesures fiscales stratégiques pendant une période d’incertitude financière, cet Énoncé économique permet au gouvernement d’apaiser les craintes des travailleurs canadiens liées à l’inflation. Un certain nombre d’éléments-clés de l’Énoncé économique vont sûrement aider les gens, mais on est loin du compte dans beaucoup de domaines qui auraient pu servir à soutenir les gens et à renforcer l’économie par la même occasion.

L’Énoncé économique prévoit un certain nombre de mesures-clés que les néo-démocrates défendaient déjà afin d’obtenir une aide immédiate pour les gens. Parmi les mesures prévues dans le projet de loi, il y a l’élimination des intérêts sur les prêts d’études canadiens. Il s’agit d’une mesure importante qui fera une grande différence dans la vie de 1,8 million d’étudiants et de jeunes gens entrant sur le marché du travail. Ceux qui remboursent actuellement leur prêt d’études canadien économiseront 410 $ par année en moyenne. Pour ceux qui entrent sur le marché du travail et qui acquièrent de l’expérience, ils devraient bien accueillir cette mesure qui leur permettra de rembourser leurs prêts plus rapidement et d’avoir plus d’argent dans leurs poches.

En matière de logement, l’Énoncé économique double le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation, donnant ainsi un coup de pouce à ceux qui cherchent à accéder à la propriété. Le marché canadien du logement demeure particulièrement coûteux, mais le fait de doubler le crédit d’impôt, qui passe de 750 à 1 500 $, compensera le coût du logement. De plus, le projet de loi comprend une taxe sur les reventes précipitées applicable aux résidences achetées et vendues dans la même année pour faire en sorte que ceux qui achètent une résidence le fassent pour y habiter et non pas pour en tirer profit. Il existe des exceptions, comme la vente de la résidence en cas de divorce, de décès ou d’autres événements de la vie, qui n’entraîneront pas l’imposition de la taxe.

En matière d’environnement, l’Énoncé économique encourage les entreprises spécialisées en hydrogène et en technologies propres en leur offrant un crédit d’impôt afin d’avoir des entreprises d’énergie propre pour bâtir le Canada et créer des emplois bien rémunérés dans le secteur. Il s’agit d’une étape importante si nous voulons abandonner les industries qui consomment de l’énergie à forte intensité carbonique. De plus, le projet de loi prévoit la construction d’un Centre de formation pour les emplois durables conçu pour veiller à ce que les travailleurs du secteur de l’énergie reçoivent la formation dont ils ont besoin pour bâtir le marché des énergies renouvelables de l’avenir.

Par contre, le projet de loi laisse de côté un certain nombre d’enjeux qui feraient maintenant une grande différence dans la vie des gens. Les néo-démocrates réclament une mesure importante en prévision des mois d’hiver : l’élimination de la TPS sur le chauffage domestique. La proposition n’est pas nouvelle! Nous encourageons activement le gouvernement à le faire depuis plus d’une décennie maintenant, et s’il y a un bon moment pour le faire, c’est bien cette année alors que l’inflation a grimpé en flèche.

Dans le même ordre d’idées, rien dans le projet de loi ne vise l’augmentation du prix des aliments et les préoccupations croissantes liées à la cupidiflation. Le Bureau de la concurrence enquête sur le possible comportement anticoncurrentiel des grandes chaînes d’épicerie, mais le gouvernement n’a pas jugé bon d’inclure dans l’Énoncé économique des mesures visant à réduire les coûts faramineux des aliments.

Par ailleurs, au pays, le secteur des soins de santé traverse une crise. Pourtant, il n’y a pas d’argent frais prévu pour protéger et renforcer nos services de santé publique. Partout au pays les services de santé éprouvent des difficultés, les hôpitaux sont bondés, et le manque d’investissements fédéraux pour alléger le fardeau est pour le moins préoccupant.

Dans l’ensemble, l’Énoncé économique de l’automne prévoit certaines mesures nécessaires pour alléger le fardeau financier des gens, mais il faudra certainement en faire plus pour aider les gens qui continuent à lutter pour s’en sortir.

This entry was posted in Carol Hughes' Column, Columns. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *